next up previous contents index
Next: Exemple Up: Introduction Previous: Historique

Méthode

Pour constituer ces phrases, il fallait d'abord définir une méthode de lecture. Celle-ci a au moins consisté à les sélectionner dans l'ensemble des ouvrages. Mais une sélection est d'abord une élimination. L'élimination a porté sur:

Cela m'a amené à sélectionner les phrases assertives de son discours, essentiellement sur la psychanalyse. Ce sont des phrases composées de ce qu'on nomme en logique des propositions dérivables dans un système formel.1.3 Comme ces propositions, elles peuvent s'écrire dans ce qu'on a coutume d'appeler la langue de base, ici le français.

Ainsi devenues des propositions, elles font de la langue de base une métalangue du langage objet, lequel est constitué de ces propositions.

Ce sont toutes des propositions dérivables -- je les prends du moins comme telles. C'est soutenir que dans une théorie lacanienne, dont elles seraient le modèle, il n'y aurait que des énoncés posés comme vrais.

On se rappellera ici que Lacan avançait qu'il disait toujours la vérité. Je fais l'hypothèse qu'il s'agit d'un système $ \omega$-cohérent au sens de Tarski, afin de pouvoir affirmer que1.4

``la neige est blanche'' est vrai, si et seulement si ``la neige est blanche'' est dérivable.

L'autre question est de savoir si ce système est complet. Pour que le lecteur saisisse les implications qu'entraîne la complétude, il faut peut-être redire de quoi il s'agit. Il existe au moins deux sortes de complétude, la complétude syntaxique (ou saturation syntaxique forte) et la saturation sémantique, absolue ou relative à une interprétation.

Dans la complétude syntaxique, toute proposition appartenant au système est dérivable ou réfutable; et lorsqu'on lui ajoute une proposition non dérivable, on rend le système incohérent.

Dans la saturation sémantique, il existe une correspondance biunivoque entre les propositions dérivables du système et les énoncés vrais qui leur correspondent dans les théories intuitives interprétées du système.

Aujourd'hui, je me contente de supposer que ces éléments existent parmi ces propositions dérivables, dans leur texte, et cela même si je ne les ai pas mis au jour.

S'agissant d'une lecture, il ne peut s'agir que d'une interprétation. Une interprétation déforme les mots, les torture. Ici la déformation est double puisque, en plus de la lecture, il y a réécriture, donc recréation. Et j'écris pour être éventuellement lu -- donc interprété -- par un lecteur, lui-même peut-être lecteur de Lacan. Je comprends bien qu'il puisse être déçu par le résidu de ces transformations que constitue ce livre. Mon ambition est que celui-ci reflète un des squelettes structurels compatible avec le discours lacanien.


next up previous contents index
Next: Exemple Up: Introduction Previous: Historique
Jacques B. Siboni