next up previous contents index
Next: Réponse au comment. de Up: Écrits Previous: D'un dessein, 1966


Introduction aucommentaire de Jean Hyppolite sur la Verneinung de Freud, 1954

$ 15001$
Le sujet vrai est le sujet de l'inconscient. [Lac66a, p. 372]

$ 15002$
Quand le sujet s'interrompt dans son discours, une pensée l'occupe qui se rapporte à l'analyste. [Lac66a, p. 373]

$ 15003$
La résistance est essentiellement un phénomène du moi. [Lac66a, p. 374]

$ 15004$
Le moi n'a rien à faire avec l'unité supposée de la réalité du sujet. [Lac66a, p. 374]

$ 15005$
Le moi est impossible à distinguer des captations imaginaires qui le constituent par un autre et pour un autre. [Lac66a, p. 374]

$ 15006$
Le moi est à comprendre dans le mouvement d'aliénation progressive où se constitue la conscience de soi. [Lac66a, p. 374]

$ 15007$
Si l'analyste a affaire avec l'ego du sujet, c'est qu'il sert alors de support à l'alter ego du sujet. [Lac66a, p. 374]

$ 15008$
Le domaine de la violence commence aux confins où la parole se démet. [Lac66a, p. 375]

$ 15009$
C'est la dialectique du moi et de l'autre qui fait l'impasse du névrosé. [Lac66a, p. 377]

$ 15010*$
Il n'y a dans l'analyse d'autre résistance que celle de l'analyste. [Lac66a, p. 377]

$ 15011$
Dans l'analyse, le rêve ne vaut que comme vecteur de la parole. [Lac66a, p. 378]

$ 15012$
La résistance se présente par le bout transférentiel. [Lac66a, p. 378]

$ 15013*$
L'inconscient, c'est le discours de l'Autre. [Lac66a, p. 379]

$ 15014$
Le non-être se manifeste dans l'ordre symbolique. [Lac66a, p. 380]


next up previous contents index
Next: Réponse au comment. de Up: Écrits Previous: D'un dessein, 1966
Jacques B. Siboni